"L'Art de la contemplation".

 

La Pivoine, Roi des végétaux, un temps emblème de la Chine.

Les Poètes chinois utilisaient la Pivoine pour symboliser l'amour et la fraîcheur du Printemps.

Elles occupent une place importante dans la tradition picturale chinoise portant des valeurs de prospérité et d'honneur, "Fleur de richesse et d'honneur".

Li Bai disait: "la Pivoine est une beauté rouge qui parfume la rosée."

Po Chu yi parlait de la Pivoive comme étant la fleur au couleur des plus saturées.

La Pivoine arbustive au joli nom latin Paeonia suffruticosa appartient à la famille des Paeoniaceae. Elle trouve son origine dans le centre de la Chine appelée Mudan.

Les chinois cultivent la Pivoine arbustive depuis 1500 ans. Ils l'appellent "Mudan", terme au sens large. Nous retrouvons ce mot pour la première fois dans un texte sous la dynastie des Han (-206/+220). Ce n'est qu'à l'époque des Sui (581/618) que le terme Mudan est fermement attaché à la Pivoine arbustive.

Au début du IVème siècle, dans la province du Zhejiang, province côtière située au sud de Shanghaï, les gens commencent à transplanter des plants sauvages de Pivoines arbustives.

Les premières descriptions de jardins chinois concernent les parcs princiers. L'une des plus célèbres remonte sous l'époque de l'Empereur Sui Yangdi (569/618), grand jardin situé dans la banlieue ouest de la capitale de l'époque, Luoyang, jardin principalement consacré à la culture des Pivoines arbustives.

Au fil du temps, ces jardins dits de l'Ouest devinrent célèbres lorqu'au printemps, les Pivoines offraient leurs fleurs. Les gens venaient nombreux les admirer, les fêter, tradition perpétuée encore aujourd'hui.

Sous la dynastie Tang, la Pivoine est l'une des fleurs les plus appréciées. C'est dans ces temps anciens qu'est née la légende suivante:

L'impératrice Wu, seule femme règnante de toute l'histoire de la Chine de 690 à 705, ordonna à toutes les fleurs de son jardin de s'épanouir en plein coeur de l'hiver. Seules les Pivoines refusèrent d'obéir. Pour punition, l'impératrice Wu les exila à Luoyang devenue la capitale de la Pivoine arbustive. Son petit fils, l'Empereur Xuanzong (685/762) faisait cultiver les plus belles Pivoines arbustives dans son jardin impérial près de sa capitale Chang'an, aujourd'hui appelée Xi'an.

La Pivoine symbolise, non seulement le pouvoir mais aussi, l'élégance, le respect, la dignité. Le grand nombre de ses feuilles représente l'opulence, le succès.

" Mon rêve".

Poème de Yu Hsuan chi :

"Rêvant que je suis un papillon

Je pars de nouveau à la recherche des Fleurs…"

" Vent de Printemps"

Poème de Wang Wei, "Inscrit sur un rocher pour m'amuser."

"Un rocher magnifique au bord de la source

En outre un Saule pleureur effleure nos coupes de vin

Si le vent du Printemps ne comprenait pas notre sentiment

Soufflerait-il jusqu'ici les pétales des Fleurs qui se dispersent"

" Marche poétique"

Poème de Yang Wan li, "Descendant le rapide de la montagne horizontale, je contemple la montagne de la Fleur d'Or!"

"La pensée de la montagne, le sentiment de la rivière ne trompent pas.

L'allure du temps pluvieux, l'allure du beau temps, les deux sont admirables.

S'enfermer derrière une porte pour rechercher des vers n'est pas la bonne méthode pour composer un Poème.

C'est seulement quand on voyage que le poème vient naturellement!"

" Yangzhou, un souvenir"

Poème de Li Bai, "Au Pavillon de la Grue Jaune, adieu à Meng Haoran qui part pour Guangling":

"Mon vieil ami a laissé le Pavillon de la Grue Jaune à l'ouest,

Pour descendre à Yangzhou dans la brume et les Fleurs d'avril.

La voile solitaire, ombre lointaine, disparaît dans les monts verts.

Je ne vois plus à l'horizon que le grand fleuve qui file".

" Intense émotion"

Poème de Li Bai, "Offert à la fille de Jinling".


"A l'est de la ville de Jinling, d'où vient cette fille.

Elle écoute secrètement la cithare derrière la fenêtre verte.

Comme un nuage irisé tombé du ciel, elle traverse la rivière de l'ouest en suivant son amant.


Avec l'accent charmant de Wu, elle chante mal les airs de Chu;

Feignant d'y réussir, elle suscite une intense émotion.

Xie An cherchait une courtisane de Dong shan, pour se promener dans la campagne, main dans la main."

" Regain"

Poème de Po Chu yi :

"L'odeur du Printemps de ma jeunesse

De temps à autre

Entre furtivement dans mon Rêve."

" Sur la branche parfumée"

Poème de Su Tung po, "Admirant les Pivoines au Temple de la Félicité":

"Le vieil homme une Fleur épinglée dans ses cheveux n'en conçoit aucune honte

C'est plutôt la Fleur qui doit être embarrassée sur la tête d'un vieillard

Ivre au retour on doit me soutenir les passants doivent rire

Sur dix li les rideaux de perles sont à moitié écartés".

" Sur la Tête blanche"

(Même poème que sur le tableau précédant).

" Retour du Printemps"

Poème de Wang Wei, "Chanson d'adieu au Printemps":

"De jour en jour les gens vieillissent un peu plus

D'année en année le Printemps revient

Dans une coupe de vin réside une joie amicale

Pourquoi donc regretter que les pétales des Fleurs s'envolent ?"

" Réponse à l'Impératrice Wu"

(Même Poème que sur le tableau précédent).

" Contempler le Printemps"

Poème de Tu Fu, "Seul au bord de la rivière, je me promène et contemple les Fleurs" :

"Une profusion de fleurs, une confusion de boutons couvrent les berges de la rivière.

Mon pas est mal assuré, je redoute le Printemps.

Les poèmes et le vin sont encore dans mes pouvoirs,
Inutile donc de prendre sion de l'homme à la tête blanche."

" Sur le lac"

Poème de Po Chu yi :

"Hommes et Choses

Quelle harmonie !"

" L'Harmonieuse"

Poème de Po Chu yi :


"Ivre je sors marcher pour jouir du vent et

Des Fleurs !"